Студенческий документ № 00113116 из БГТУ «Военмех»

Пользователь пн, 30.10.2017 20:39

ВАРИАНТ 11 Mais Dantes etait loin d'etre aussi enthousiaste et surtout aussi confiant que le vieillard. Certes, il etait bien certain maintenant que Faria n'etait pas fou, et la facon dont il etait arrive a la decouverte qui avait fait croire a sa folie redoublait encore son admiration pour lui; mais aussi il ne pouvait croire que ce depot en supposant qu'il eut existe, existat encore, et, quand il ne regardait pas le tresor comme chimerique, il le regardait du moins comme absent.

Cependant, comme si le destin eut voulu oter aux prisonniers leur derniere esperance et leur faire comprendre qu'ils etaient condamnes a une prison perpetuelle, un nouveau malheur les atteignit: la galerie du bord de la mer, qui depuis longtemps menacait ruine, avait ete reconstruite; on avait repare les assises et bouche avec d'enormes quartiers de roc le trou deja a demi comble par Dantes. Sans cette precaution, qui avait ete suggeree, on se le rappelle, au jeune homme par l'abbe, leur malheur etait bien plus grand encore, car on decouvrait leur tentative d'evasion, et on les separait indubitablement: une nouvelle porte, plus forte, plus inexorable que les autres, s'etait donc encore refermee sur eux.

"Vous voyez bien, disait le jeune homme avec une douce tristesse a Faria, que Dieu veut m'oter jusqu'au merite de ce que vous appelez mon devouement pour vous. Je vous ai promis de rester eternellement avec vous, et je ne suis plus libre maintenant de ne pas tenir ma promesse; je n'aurai pas plus le tresor que vous, et nous ne sortirons d'ici ni l'un ni l'autre. Au reste, mon veritable tresor, voyez-vous, mon ami, n'est pas celui qui m'attendait sous les sombres roches de Monte-Cristo, c'est votre presence, c'est notre cohabitation de cinq ou six heures par jour, malgre nos geoliers; ce sont ces rayons d'intelligence que vous avez verses dans mon cerveau, ces langues que vous avez implantees dans ma memoire et qui y poussent avec toutes leurs ramifications philologiques. Ces sciences diverses que vous m'avez rendues si faciles par la profondeur de la connaissance que vous en avez et la nettete des principes ou vous les avez reduites, voila mon tresor, ami, voila en quoi vous m'avez fait riche et heureux. Croyez-moi et consolez-vous, cela vaut mieux pour moi que des tonnes d'or et des caisses de diamants, ne fussent-elles pas problematiques, comme ces nuages que l'on voit le matin flotter sur la mer, que l'on prend pour des terres fermes, et qui s'evaporent, se volatilisent et s'evanouissent a mesure qu'on s'en approche. Vous avoir pres de moi le plus longtemps possible, ecouter votre voix eloquente orner mon esprit, retremper mon ame, faire toute mon organisation capable de grandes et terribles choses si jamais je suis libre, les emplir si bien que le desespoir auquel j'etais pret a me laisser aller quand je vous ai connu n'y trouve plus de place, voila ma fortune, a moi: celle-la n'est point chimerique; je vous la dois bien veritable, et tous les souverains de la terre, fussent-ils des Cesar Borgia, ne viendraient pas a bout de me l'enlever."

Скачать файлы